La pratique de l’épisiotomie est l’intervention la plus commune de l’obstétrique

Episitomie et taux de déchirures

Le taux d’épisiotomie actuel est proche de 75% chez les primipares, en 1958 ce taux ne dépassait pas 25%.

Les indications d’épisiotomies sont d’éviter les déchirures du périnée plus difficiles à réparer qu’une incision chirurgicale, de protéger le sphincter anal, protéger les muscles périnéaux en prévenant le relâchement du plancher pelvien et diminuer ainsi la fréquence des incontinences urinaires et des prolapsus génitaux. Dans l’indication foetale, l’épisiotomie permet de lever l’obstacle périnéal pour diminuer le temps d’expulsion et le risque de souffrance foetale.

Le taux de déchirures du 3ème et 4ème degré n’est pas significativement différent selon la pratique d’une épisiotomie ou non.

Par ailleurs, l’épisiotomie comporte, comme tout acte chirurgical, des risques. Thacker et Banta ont répertoriées les complications reconnues de l’épisiotomie à travers la littérature: extension de l’incision, douleur du post-partum, infection du post – partum, mauvaise cicatrisation, insatisfaction du résultat anatomique, perte de sang augmentée avec rares hématomes du périnée, hémorragie, dyspareunie, et beaucoup plus rare endométriose sur la cicatrice d’épisiotomie

La douleur liée à l’épisiotomie est rarement prise en compte, elle est pourtant réelle et parfois très gênante.

Reading et al. ont étudié le vécu de la douleur post-épisiotomie chez 100 primipares. Après un accouchement eutocique, sans problème pour le nouveau-né, elles ont été interrogées dans les 24 heures, puis 3 mois après. Dans le post-partum immédiat la douleur résultante de l’épisiotomie était ressentie comme très gênante. Cette douleur était secondaire à la suture même et à l’oedème, qui pouvait persister 3 jours  (…).

Thacker et Banta ont estimé à 85% le taux de primipares nécessitant un traitement antalgique de la douleur liée aux épisiotomies. Ils concluent leur revue de la littérature: “l’absence de suture pendant la période du post-partum est un véritable avantage. Toutefois, si, une déchirure du 2ème degré semble inévitable malgré toutes les précautions prises, il est préférable de pratiquer une épisiotomie “.

Devant ces recherches nous pouvons penser que les lésions du périnée sont responsables de problèmes dans le post-partum avec augmentation du temps d’hospitalisation, problèmes psychoaffectifs pouvant nuire à la relation précoce mère-enfant mais aussi au couple. Il parait important de respecter une phase d’expulsion lente lorsque le foetus ne présente pas de signes de souffrance foetale, cela n’aggrave pas le pronostic vital de l’enfant et améliore le pronostic périnéal et donc le confort de la mère dans le post-partum.

L’indication de l’épisiotomie limitée à l’indication foetale stricte n’altère pas la fonction des muscles périnéaux après l’accouchement. L’épisiotomie n’améliore pas de façon significative la fonction des muscles périnéaux après l’accouchement et ne limite pas les problèmes d’incontinence urinaire et les prolapsus.

L’épisiotomie systématique n’est donc pas justifiée, les indications doivent être confrontées aux risques et à l’inconfort par rapport à l’intérêt de la femme et du foetus.

Faire ou ne pas faire l’amniocentèse ?
Une grossesse difficile